jeudi 28 septembre 2017

Le Purgatoire de Chuck Palahniuk

Prix : 20,00 €
Format : 14 x 20,1 cm
Nombre de pages : 395
Genre : Thiller / Contemporain
Edition : Sonatine Edition 
Numérique : Oui

Citation : "Doux Tweeter, 
Comment pourrait-on parvenir à aimer si profondément si l'on savait à quel point une vie peut être brève ? Les grands mythes ne se situent pas dans le passé. La gloire ne se limite pas au temps jadis, et tous les actes héroïques n'ont pas déjà était accomplis. La preuve, j'attrape mon chat."


Quatrième de couverture : À sa grande surprise, Madison, 13 ans, morte dans de mystérieuses circonstances, est allée directement en enfer. Lors d’une soirée d’Halloween, elle a néanmoins l’occasion de revenir sur terre. Cette petite parenthèse chez les mortels va être riche en évènements. Madison va en effet essayer de combler quelques blancs de son histoire en enquêtant sur un horrible meurtre, dont elle est peut-être l’auteure, et tenter de savoir pourquoi elle a été damnée. Elle va surtout découvrir une conspiration millénaire, dans laquelle elle joue le rôle principal.

Chuck Palahniuk continue ici son épopée dantesque. Après Damnés, il remet en piste Madison, l’ado la plus cynique de la terre et de l’enfer. Une fois encore, il repousse les limites de la provocation et lacère méchamment les obsessions américaines, célébrité et religion en tête. C’est hilarant, sale, ça appuie où ça fait mal, bref, c’est du grand Palahniuk.
 La mort ne vous aura jamais paru aussi compliquée…
Ah que d'émotions ! Mon premier Chuck Palahniuk ! Merci aux éditions Sonatine de m'avoir envoyé ce roman non pas une mais deux fois. Merci qui ? Merci la poste ! Donc double merci même à Clara qui n'a pas hésité à me le renvoyer ! Mais trêve de digressions, passons au plus croustillant. 


Madisson Spencer est une jeune enfant de treize ans qui a été sauvagement assassinée. Suite à sa mort, Maddy s'est retrouvée en Enfer aux côtés de Satan. Ce dernier s'amuse beaucoup avec la petite fille. Rien de cochon ! Il lui fait juste croire qu'il a écrit sa destinée, qu'il sait tout sur elle. Maddy refuse de prêter du crédit à ses paroles jusqu'à ce qu'elle se retrouve coincée sur Terre. Et là, c'est le drame ! Notre très jeune héroïne va apprendre beaucoup de choses sur sa vie, mais aussi sur sa mort. 

Ma première impression sur ce livre ? Mon dieu c'est quand même trash ! En même temps, quand on connaît un peu l'auteur, on se doute que ça ne va pas être licorne et petits fours, mais plutôt du sang, de la drogue, et du sexe. Des mots crus, il y en a. Ça m'a beaucoup perturbée sur les premières pages puisque je baigne surtout dans du roman adolescent, mais après une discussion avec moi-même et une dose de persuasion, j'ai lu ce roman, et ce avec beaucoup de plaisir ! J'avais vraiment peur de ne pas l'aimer vu sa note et les critiques. Mais après l'avoir lu j'ai envie de dire aux lecteurs qui disent que ce roman est souvent inutilement gore : renseignez-vous sur l'auteur pour mieux appréhender une œuvre. Ici nous parlons de l'auteur de Fight Club nom d'un cappucino ! Préparez-vous donc à lire des mots pas très élégants.

La surprise liée au vocabulaire employé passée, j'ai totalement plongé dans ce roman. Il y a eu un truc avec la plume de l'auteur et Maddy, les deux aussi crues l'une que l'autre. L'histoire est troublante, pour ma part j'avais envie d'en savoir toujours plus, de satisfaire ma curiosité morbide sur la mort de Madisson et son soi-disant destin. C'est très troublant de voir les doutes d'une héroïne mis à nu comme ça. Mais j'ai beaucoup aimé la petite touche d'innocence que Maddy apportait. Même si elle a eu une enfance des plus spéciale avec des parents adeptes de drogues dures et de Xanax pour leur enfant, elle est très lucide sur le monde et en même temps aveugle puisqu'elle a quand même un regard de petite fille sur son enfance et sur ce qu'elle a vécu. 

Quant aux personnages, je ne peux que continuer à parler de Maddy, qui est le personnage non seulement principale, mais le seul personnage auquel nous pouvons nous attacher. En effet les parents sont cruellement débiles en ayant pris amuse sérieux une blague de leur fille (vous comprendrez en le lisant, je me tais juré !), les grands-parents sont très peu présents pour nous lecteurs, et les diverses connaissances de Maddy… Nous sommes donc pendant quatre cents pages quasi exclusivement avec la jeune fille qui est aux prises avec sa vie et sa mort. Comment être plus attaché à une héroïne ?

Je ne sais tellement pas quoi vous dire de plus dans extrêmement chronique… Cette lecture sort tellement de ma zone de confort que j'ai du mal à savoir comment parler correctement de ce roman. J'ai aimé ce style très cru, j'ai envie d'en savoir plus sur Madisson Spencer. D'ailleurs j'ai appris qu'il y avait un tome 1 ! Même si j'ai vu que Le Purgatoire se lit et se comprend très bien sans ce tome, comme il raconte la vie de Maddy, ou plutôt sa mort, je pense qu'il est presque plus astucieux de le lire après en réalité ! 

Je ne vous conseillerais qu'une chose pour ce roman : âmes et estomacs sensibles, passez votre chemin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire