mardi 18 avril 2017

Les Cahiers D'Esther Tome 1 et 2 de Riad Sattouf

 
Prix : 16.90€ (chaque tome)
Format : 24,8 x 30,9 cm
Nombre de pages : 54 (Tome 1) / 58 (Tome 2)
Genre : Jeunesse
Edition : Allary Edition
Numérique : Non




Résumé : Je m'appelle Esther et j'ai 10 ans. J'ai raconté 52 histoires vraies extrêmement intéressantes sur moi (ma famille, mes amis, ma vie, etc.) à Riad Sattouf et il en a fait ce livre très réaliste avec des gros mots (merde-con-putain) parce qu'on parle comme ça nous les jeunes.


Vous vous souvenez comment vous étiez quand vous aviez 10 ans ?

Je vous retrouve aujourd'hui pour vous parler d'une petite pépite ! J'en avais entendu beaucoup de bien et, comme j'ai la chance de faire mon stage dans une librairie spécialisée BD, Manga, et Comics, je peux lire le soir de tout mon saoul. Je vais en perdre mes nuits je vous le garantis ! Les premières à être passer dans mes mimines sont Les cahiers d’Esther, que mon patron m'a chaudement conseillé ! 

Vous avez oublié comment c'était d'avoir 10 ans ? Esther est là pour vous le rappeler. Petite fille de 9 ans au début du premier tome, qui passe le cap des 10 ans avec fierté, qui aime beaucoup son papa, trouve sa maman moins jolie qu'avant, et son grand frère Antoine con (ce sont ses mots !), est pleine de vie et d'histoires marrantes, touchantes, le tout avec l'innocence de l'enfance. Nous allons suivre cette petite fille au fil des mois, dans ses petites anecdotes d'enfant de 10 ans, avec ses interrogations sur le monde qui l'entoure.

La composition de cette BD est pour le moins sympa, même si ce n'est pas ce dont je suis le plus fan : chaque page est consacrée à une histoire d’Esther. Elles s'inscrivent tout de même dans une certaine continuité, contrairement à ce que je pensais au départ. Aucune n'est vraiment isolée, c'est juste la vie d'une petite fille de 10 ans avec son père, sa mère et son frère, avec les aléas de l'école, des amis, et de tout ce qui a chamboulé notre pays ces dernières années. 

Quand je vous disais qu'il y avait dans ces histoires l'innocence de l'enfance, ce n'était pas une jolie formule. Comme je ne l'ai pas encore précisé, chaque histoire est vraie. En effet le dessinateur prend la vie de la petite Esther pour la dessiner. La petite fille lui raconte ses histoires et lui, il les dessine. Comment ne pas dire que c'est du génie ? Cela apporte un trait tellement touchant aux aventures de cette petite fille qui nous ferait presque soupirer de bonheur ! 

Il y a également beaucoup de travail sur le dessin, qui semble être en aquarelle, avec des nuances plutôt saisissantes et des pointes de lumières apportées là où le dessinateur veut attirer notre regard. J'avais l'impression d'être dans un rêve, surtout avec les nuances de bleu pâle qui sont majoritairement présentes. 

Alors, est-ce que quelque chose m'a déplu dans cette BD ? Étrangement, oui. Un petit quelque chose. Dans les vignettes il y a des petits textes, qui disent en pointant le personnage "Là c'est moi" par exemple. Ce sont les petites réflexions d'Esther, que ce soit sur elle, sur ces camarades ou sur sa famille, parfois positive ou négative. Comme c'est écrit en tout petit et qu'il faut fouiller l'image pour bien tout lire, pour ma part ça m'a déranger au début. Une fois qu'on a pris le réflexe de regarder correctement ça n'est plus un souci. 

Pour résumé mon ressenti… C'est une lecture sympathique et parfaitement reposante, qui nous replonge dans nos souvenirs d'enfance. Comme l'odeur de la tarte sortant du four en somme ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire