vendredi 3 mars 2017

Daisy : Lycéennes à Fukushima Tome 1 et 2 de Reiko Momoshi



Prix : 6.95€ chaque tome 
Format : 112 x 176 mm
Nombre de pages : 192 (Tome 1) / 176 (Tome 2)
Genre : Shôjo / Quotidien / Ecologie / Social
Edition : Akata
Collection : M
Numérique : Non


Citation : "Je viens d'avoir une idée... voilà ce que je propose... ce jour va devenir... notre journée. Quoi qu'il arrive... même séparées... même devenues vieilles, tous les ans, on se donnera rendez-vous à cette date, sans faute, avec nos barrettes dans les cheveux,   d'accord ?"

Résumé : Depuis le terrible tsunami qui a frappé Fukushima, Fumi n'ose plus sortir de chez elle. Trop inquiète pour sa santé, à cause des éventuelles radiations émises par la centrale. Pourtant, en dernière année de lycée, il faudra bien qu'elle se décide à retourner en cours. Mais est-il seulement possible de recommencer à vivre et de faire comme si de rien n'était, quand même une simple pluie représente la menace d'une contamination radioactive ? Heureusement, elle pourra compter sur Moé, Ayaka et Mayu, ses trois meilleures amies. Ensemble, elles comptent bien profiter de la vie, et surtout sortir toutes diplômées du lycée ! Elles décident alors de créer un groupe de musique, Daisy, pour se redonner du courage. Mais très vite, la réalité les rattrape et...

Est-il possible de construire leur avenir sur cette terre polluée qu'est-devenue Fukushima ? En tant que filles, en tant que femmes, en tant que futures mères... Tandis que le reste de la jeunesse japonaise et du monde a le droit de profiter de sa vie dans l’insouciance, tandis que le monde entier a oublié le drame qui s'est abattu sur Fukushima et que ses habitants tombent dans l'oubli, quel avenir s'offre à ces adolescentes, à l'aube de leur vie d'adulte ?


Fukushima est un événement que personne ne doit oublier.

Je sais que cette phrase d'accroche est un peu plus violente que ce que je fais d'habitude, mais je ne me voyais pas le dire autrement après avoir lu cette duologie. Je remercie encore une fois ma curiosité qui m'a fait lire un manga très riche et émouvant.

Ce manga se passe, comme le dit le résumé, après le tsunami qui a provoqué l'explosion du réacteur de Fukushima. Fumi est une des nombreuses personnes qui a vu sa vie ruinée par ce tragique événement. Terrifiée par les radiations qui sont présentes désormais dans la région, la jeune lycéenne refuse de sortir de chez elle, si bien qu'elle va retourner au lycée après tous ses camarades. Mais elle peut compter sur ses trois meilleures amies, Ayaka, Moé et Mayu, pour la faire sourire et la rassurer. Avant la catastrophe, les quatre lycéennes avaient formé un groupe, Daisy. Elles ont pour projet de relancer leur groupe, mais de nombreuses questions existentielles vont les empêcher de mener à bien ce projet.

Daisy n'est pas un simple manga : c'est un véritable travail d'enquête. Reiko Momoshi est allée voir les victimes de la catastrophe, se renseignant le plus possible pour rendre son travail utile et pertinent. Oui, elle n'a pas fait les choses à moitié ! J'ai été très touchée par sa démarche ! Prendre le temps d'aller voir les personnes qui étaient près de la centrale et qui on dû fuir leur maison, abandonnant toute leur vie derrière eux, c'est quand même bluffant. Une fois que l'on sait cela, il est impossible de rester insensible face aux difficultés des quatre lycéenne a retrouver une vie normale.

En plus d'un combat quotidien, les quatre lycéennes se voient confrontées à une question importante : quoi faire de leur vie ? Rester à Fukushima pour aider à la reconstruction ? Partir et avoir peur d'être traité de lâche ? Essayer de faire changer les choses à petite ou à grande échelle ? Au fil des chapitres nous voyons cette question développée pour chacune des lycéennes, qui essaient de tenir compte de leur famille, de leurs amies, mais surtout d'elles-mêmes, pour faire leur choix. La première a y être confrontée est Moé, qui est la petite fleur fragile, douce. Ensuite ce sera au tour de l'explosive Mayu, jeune fille coquette qui rêve d'aller à Tokyo pour travailler dans la mode. Aya, l'otaku du groupe, bénévole auprès des réfugiés, sera la suivante à devoir faire des choix difficiles. Fumi est la plus perdue : partir ou rester, elle ne sait pas quoi faire. Elle sera la dernière à trouver sa voie, mais elle peut compter sur des amies pour l'encourager. C'est une amitié sincère et puissante qui réunit ces quatre lycéennes, surtout dans un moment si critique.

Je me dois de faire quelques lignes sur le dessin ! Au départ j'étais un petit peu perturbée par les grands yeux des personnages. Une fois la petite surprise sur la taille des yeux passée, je dois dire que le dessin est vraiment très beau ! A mes yeux en tout cas ! Ce n'est pas un dessin révolutionnaire, mais c'est un dessin qui fait plaisir.


Ce manga est donc plusieurs choses : un témoignage, une leçon de vie, une leçon d'amitié, et un message d'espoir. Reiko Momoshi ne veut pas que cette catastrophe tombe dans l'oubli, et avec son manga elle offre à tous un moyen de voir l'envers de la catastrophe. Je sais déjà que je relirais ce manga, qui m'a mis les larmes aux yeux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire