mercredi 2 mars 2016

Nos Faces Cachées de Amy Harmon

Prix : 17.90€
Fomat : Semi-Poche
Nombre de pages : 434
Genre : Romance 
Edition : Robert Laffont
Collection : Collection
Numérique : Oui

Résumé : Le roman phénomène de l'auto-édition Young Adult, best-seller aux États-Unis. Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l'on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu'à ce qu'il cesse de l'être...
Nos faces cachées est l'histoire de cinq amis qui partent à la guerre.
L'histoire d'amour d'une jeune fille pour un garçon brisé, d'un guerrier pour une fille ordinaire.
L'histoire d'une amitié profonde, d'un héroïsme du quotidien bouleversant.
Un conte moderne qui vous rappellera qu'il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous...



 Une magnifique ode à la réalité, une chanson de l'humain et de ses tares, 
une poésie de la vie et de l'espoir.

Rien qu'avec cette phrase, je sais que j'ai réussis à capter vôtre attention ! Alors je fais comme toujours une petite présentation du livre pour une petite mise en bouche !

Nous avons dans ce roman l'histoire de plusieurs personnages, mais les principaux sont Fern Taylor, fils du pasteur, et d'Ambrose Young, fils d'un mannequin italien mais élevé par un boulanger (oui, c'est très étrange !). Fern est le vilain petit canard avec ses lunettes qui lui font des yeux énormes, ses long cheveux roux indomptables et ses taches de rousseurs, sans oublié le détail qui tue, l'appareil dentaire. Ambrose est son parfait opposé : grand, musclé, étant la célébrité de Hannah Lake de par son talent de lutteur, évidemment très beau, bon chanteur par dessus le marché (c'est ce type de mec qui me saoule de prime abord, les mecs « j'ai tout pour moi ! »), mais en plus poète à ses heures perdues ! Et Fern est amoureuse d'Ambrose depuis c'est dix ans, mais le jeune homme ne la voit pas. Jusqu'au jour où Rita, la meilleure amie de Fern, lui montre le mot qu'elle a fait pour Ambrose (un truc pas très évolué...) et Fern dit quelque chose de magnifique que Rita veut absolument qu'elle écrive afin de pouvoir le donner à Ambrose en son nom propre (cette phrase est bien trop longue !). C'est à partir de là que le jeune homme prend conscience de Fern, car Rita a du cracher le morceau.

Ah, un détail important ! Au début du roman nous avons les attentats du 11 septembre 2001. Oui, cela est plus qu'important car c'est ça qui va faire que Ambrose va s'engager. Et se ne sera pas sans conséquences.

Un autre personnage très important, Bailey Sheen, le fils de l'entraineur de l'équipe de lutte d'Ambrose, Mike Sheen, qui est en plus le cousin de Fern. Bailey est mon chouchou, mon amour, mon bébé... Et j'ai pleurer. Bailey est atteint de la myopathie de Duchene, une maladie qui atrophie les muscles. Il est en fauteuil et Fern l'aide à faire tout ce qu'il ne peut plus faire. Elle l'aime beaucoup, c'est son meilleur ami, son confident. Et le personnage le plus optimiste de tout le roman.

Ce livre est vraiment une putain de claque dans la gueule. Je ne peux pas le dire moins vulgairement, ce n'est tout simplement pas possible. Nous avons ici un cocktail d'humour, d'amour, de terreur et de tristesse qui nous retourne le cœur aussi bien que le cerveau ou l'estomac. On finit la tête à l'envers, le cœur battant nos côtes avec force, alors que l'action s'enchaîne, que les événements tragiques ou non se succède.

Bailey est vraiment un personnage qui transmet un message tellement fort que j'en suis encore sous le choc. Il est en fauteuil roulant, il ne peut même pas aller pisser tout seul, et c'est lui qui croque la vie à pleine dents, qui remonte les bretelles de ses amis en les poussant à bout pour qu'ils se donne davantage, qui sourit à la vie comme à la mort ! C'est un personnage qui restera graver dans mon petit cœur d'artichaut et qui m'aura fait versé des larmes de crocodiles.

Il faut ajouter que cette histoire parle avant tout d'un homme brisé par la guerre (même si la réalité est toute autre, mais je vous laisse le découvrir en le lissant !) qui essaie de se reconstruire auprès d'une fille qui se dit qu'elle ne le mérite pas lui. Et lui qu'il ne la mérite pas elle... J'espère que je suis assez claire, mais c'est compliqué à expliquer comme ça ! Mais c'est plutôt réaliste vu la complexité de nos deux héros !


Je ne veux pas vous spoiller l'histoire, alors je vais faire simple : ce livre est la plus grosse claque que je me suis prise en pleine face depuis le début de l'année. Ce livre est magnifiquement réel, terriblement cruel certes mais réel. Je ne pensais pas pouvoir aimer et haïr un livre en même temps ! Il dévoile la cruauté de l'homme sans aucun artifice, mais aussi la bonté dont il peut faire preuve. Un livre qui permet de relativiser et de voir la vérité, tout simplement ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire